Ne sachant pas que c'était impossible, il le fit.

Tout va mieux !

Notre filleul a retrouvé la paix après les terribles moussons de l'année passée

Cliquez ici


Notre filleule grandit

Pavithra


Toujours radieuse


Gokul le malicieux

Gokul, notre troisième filleul

 

Troisième

 

rencontre


Un témoignage qui nous avait ému ...

Voici Suraj trois ans

plus tard...

Retrouvez les reportages sur les enfants des rues en cliquant ici.

Expo photos 2016

Les demoiselles de TAM.B.I.

Douleur permanente

Il a décidé de nous quitter un jour de janvier 2014...

Anniversaire :

7 janvier 2014, Jayakumar décidait de nous quitter...

3 ans déjà...

Météo de TAM.B.I.

Prévisions météorologiques
Chennai
Météo à Chennai

Translate this page in your language

Une envie de se poser en 2016

Découvrez nos tous derniers conseils de lecture

Vertige indien

Arthur GROSSMANN

 

 

Extrait du commentaire tiré du site d'Amazon :

 

 

 

Présentation de l'éditeur

 

"Des rivages brûlants du Bénarès jusqu'aux sources du Gange, des océans humains jusqu'aux solitudes de l'Himalaya, ouvrez un oeil neuf, toujours émerveillé, sur l'Inde, sur le monde et sur vous. Prenez mon Inde entre vos mains, et si vos doigts la parcourent, si votre peau frémissante, vos lèvres, la désirent encore, nous aurons partagé cette chaleur, ces cris, ces sourires sur le chemin. Vivre comme une flamme est la seule manière qui soit. A G "

 

Le comité de lecture

Les missionnaires catholiques en Inde au 19ème siècle

Hélène PORTIER

 

 

Extrait du commentaire tiré du site d'Amazon :

 

 

 

Présentation de l'éditeur

 

"Prenant pour source principale les Annales de la propagation de la foi, ce travail se propose d'interroger les difficultés qu"ont rencontrées les missionnaires catholiques français à convertir les indiens, au cours du XIXème siècle (1822-1857). La visée proprement historique de cette recherche se double donc d'une réflexion d'ordre ethnologique, touchant à la difficulté de comprendre et de juger une autre culture que la sienne : se heurtant à des pratiques traditionnelles profondément ancrées dans la vie quotidienne, ainsi quà un système de castes complexe et à des croyances religieuses souvent déconcertantes, ces missionnaires en sont venus à projeter les préjugés de leur propre culture sur la société indienne qu'ils voulaient convertir."

 

Le comité de lecture

Huit jours aux Indes

Emile Guimet

 

 

Extrait du commentaire tiré du site d'Amazon :

 

Présentation de l'éditeur

 

"En 1876, le ministre de l'Instruction publique charge Emile Guimet d'une mission en Extrême-Orient, qui l'entraînera de l'Inde au Japon, en passant par Shanghaï, en compagnie de son ami le peintre Félix Regamey. Huit jours aux Indes, publié dans la célèbre revue de géographie Le Tour du Monde, est caractéristique de l'esprit encyclopédique du futur créateur du musée Guimet. Tissé d'exposés archéologiques, de réflexions d'historien, d'esthète et de philosophe, ce classique du voyage orientaliste et humaniste est emblématique du regard porté sur l'Inde par le visiteur occidental du XIXe siècle. A l'heure où l'on " redécouvre " l'Inde, ce récit permet de mesurer le chemin parcouru de part et d'autre. Emile Guimet, capitaine d'industrie qui prendra en 1887 la tête de Péchiney, est également un musicien accompli et un voyageur dans l'âme. Les relations illustrées qu'il publie font bientôt de lui l'un des personnages incontournables de la vie culturelle française - rédacteur d'études sur les peuples orientaux, adhérent à la Société d'études japonaises, organisateur d'un congrès des orientalistes, puis fondateur du musée Guimet, à Lyon et à Paris."

 

Biographie de l'auteur

 

"Emile Guimet (1836-1918), capitaine d'industrie qui prendra en 1887 la tête de Péchiney, est également un musicien accompli et un voyageur dans l'âme. Les relations illustrées qu'il publie font bientôt de lui l'un des personnages incontournables de la vie culturelle française - rédacteur d'études sur les peuples orientaux, adhérent à la Société d'études japonaises, organisateur d'un congrès des orientalistes, puis fondateur du musée Guimet à Lyon et à Paris."

 

Le comité de lecture

L'Inde

Du développement à l'émergence

 

Frédéric LANDY

&

Ayrélie VARREL

 

 

Extrait du commentaire tiré du site d'Amazon :

 

Présentation de l'éditeur

 

"Inde étonne par ses contrastes : croissance économique forte mais pauvreté persistante, démocratie durable mais normes et pratiques sociales souvent très hiérarchisées, agglomérations de 20 millions d’habitants mais population encore largement rurale, géant des services informatiques mais tissu industriel parfois obsolète, identité indienne forte mais société hétérogène et segmentée… Comment donc caractériser la puissance indienne, autrefois pays en développement et désormais « pays émergent », d’ores et déjà grande puissance économique et géopolitique ?
Pour tenter de cerner le paradoxe indien, cet ouvrage propose une géographie complète et inédite du géant démographique mondial : défis de la superficie et de la démographie, diversité des territoires, villes et campagnes, inégalités régionales, systèmes productifs… Il analyse également les dynamiques qui ont accompagné l’émergence du pays sur la scène internationale.
Assorti de nombreux encadrés et d’une cartographie originale appuyée sur les données les plus récentes, ce manuel apporte les clés de compréhension d’un pays acteur désormais incontournable de la mondialisation et pourtant largement méconnu. "

 

Le comité de lecture

L'inde dans tous ses états

Guy Taillefer

 

 

Extrait du commentaire tiré du site d'Amazon :

 

 

 

Présentation de l'éditeur

 

"Guy Taillefer est journaliste et éditorialiste à la section internationale du Devoir depuis la fin des années 1990. Il a passé cinq années en Inde où il a pu constater le dynamisme politique et l'énergie délirante de cette démocratie plus grande que nature. Dans ces chroniques au ton personnel et parfois incisif, il rend compte, entre autres choses, de l'avancée de la condition des femmes, de la grande liberté d'expression des Indiens et de la question du développement durable. Il raconte aussi l'état de délabrement du système de santé, l'obésité – cadeau des sauces au ghee autant que des pizzas de Domino et des poulets de Kentucky –, la pollution de l'eau, ou sa rareté, ou encore les centaines de milliers de waste pickers et de funk dealers, humains bas de gamme dans le système de castes toujours en vigueur dans une Inde qui évolue entre tradition et modernité. "

 

Le comité de lecture

Aux origines du monde

Contes et légendes des pays de l'Inde

 

Maurice COYAUD

 

 

Extrait du commentaire tiré du site d'Amazon :

 

 

Présentation de l'éditeur

 

 

""Les grands savants du XIXe siècle étaient convaincus que tous les mythes et les contes ont vu le jour en Inde et sont arrivés en Europe dans un passé immémorial. Cette passion pour le patrimoine mythologique de l une des plus anciennes civilisations du monde ne s est jamais démentie. Maurice Coyaud, le grand spécialiste de l Asie du Sud-Est, reprend quelques grands mythes de Veda et de Ramayana en annexe. Mais son objectif principal est de faire connaître l extrême diversité des mythes et des contes d origine racontés encore au XXe siècle aux quatre coins de cet énorme sous-continent que représente l Inde.
L univers fabuleux regorge de toutes sortes de démons, de fées et d autres créatures fantastiques qui ne manquent aucune occasion de se mêler de la vie des humains. Ainsi, les fées péri ne sont jamais très loin et complotent volontiers des tours pour permettre aux pauvres de se nourrir grâce à une marmite magique et faire fuir les méchants richards qui aimeraient bien s en emparer. Qui d autre que la fille des serpents serait à même d aider le beau prince à trouver un léopard doré, un serpent doré et un singe doré dansant ensemble, pour accéder au trône du radja ?
Les contes indiens racontent volontiers les ruses des humains qui les aident à vaincre les diables les plus futés. En effet, seule la très rusée femme tamoule peut prendre le dessus sur le démon brahmarakshasa, en lui imposant une tâche trop difficile : le plus astucieux des diables s avère incapable de rendre bien droit un cheveu frisé de la femme tamoule."

 

Biographie de l'auteur

 

"Le choix de textes et la traduction a été assuré par Maurice COYAUD, directeur de recherche au CNRS, spécialiste des litératures populaires et des langues de l Extrême-Orient, auteur d une trentaine d ouvrages, dont « Contes et légendes du Japon », « Contes des peuples de la Chine », « Contes et légendes de Corée», « Contes et légendes des Inuit», « Contes et légendes de Vietnam», « Contes et légendes des Philippines», « Contes et légendes de Thaïlande», « Contes et mythes de Birmanie» publiés dans la collection Aux origines du monde.
CONCURRENCE : Sur le marché, on ne trouve pas beaucoup de recueils de contes indiens et ceux qui sont disponibles sont destinés aux enfants"

 

Le comité de lecture

La fille secrète

Shilpi Somaya Gowda

 

 

Extrait du commentaire tiré du site d'Amazon :

 

Présentation de l'éditeur

 

 

"Lorsque Kavita, pauvre paysanne indienne, enfante pour la deuxième fois une fille, c'est une catastrophe pour son mari et sa famille. Et, la mort dans l'âme, la jeune mère se résout à confier son nourrisson à un orphelinat. De l'autre côté de la terre, aux États-Unis, Somer et Krishnan, médecins tous les deux, elle américaine, lui indien, ne peuvent pas avoir d'enfant. Ils recueillent la fille de Kavita, la nomment Asha, lui offrent amour, éducation et avenir. Un jour, celle-ci, devenue grande, veut connaître ses origines. Sa quête ne sera pas facile et mettra en péril l'équilibre précaire de sa famille. Shilpi Somaya Gowda nous offre une oeuvre poignante, réflexion subtile sur l'adoption et la construction d'une identité, sans oublier de nous dépeindre les couleurs variées d'une Inde aux multiples visages."

 

Le comité de lecture

L'Inde, "Pharmacie du sud"

Son rôle en matière de santé mondiale et commerce international

Emile Guimet

 

 

Extrait du commentaire tiré du site d'Amazon :

 

Présentation de l'éditeur

 

"Surnommée "la pharmacie du Sud", l Inde produit aujourd'hui une grande partie des médicaments génériques contre le sida, le cancer et la tuberculose distribués dans les pays en développement. Elle devient donc à la fois un acteur incontournable du commerce pharmaceutique et un interlocuteur central des négociations commerciales et sanitaires internationales. Par l étude historique et sociologique de ces éléments, cet ouvrage livre une réfléxion intéressante sur l émergence indienne. "

 

Biographie de l'auteur

 

"Marie-Liesse Lefranc est diplômée du master recherche en science politique mention relations internationales de Sciences Po Paris. Passionnée par l'Asie, son parcours académique et professionnel l'a également amenée à s 'intéresser aux problématiques de la santé mondiale. Elle a notamment travaillé comme stagiaire au sein du département de santé publique, propriété intellectuelle et innovation de l'Organisation mondiale de la santé. "

 

Le comité de lecture

Un fleuve de fumée

Amitav GHOSH

 

 

Extrait du commentaire tiré du site d'Amazon :

 

" Présentation de l'éditeur

 

 

Canton, XIXe siècle. Un bouillonnement de langues, de peuples et de cultures. Commerçants chinois en robe de soie et longue natte dans le dos, Britanniques compassés de la Compagnie des Indes orientales, marchands américains aux manières décontractées, Indiens empesés sous leurs brocarts… tous n’adorent qu’un dieu : l’argent. Fanqui Town, enclave au cœur de Canton, réservée aux étrangers et interdite aux femmes, est gouvernée par deux lois principales : celle du libre-échange et celle de l’opium. Pour le reste, ce microcosme cultive les amitiés particulières et s’amuse dans des bals exclusivement masculins. Mais, en cette année 1839, l’empereur de Chine décide d’éradiquer l’opium de son territoire. Il exige la destruction de tous les stocks de Canton. Que vont-ils devenir s’ils acceptent de se plier à d’autres règles que celles du commerce ? La ruine les guette. Et pour Bahram Modi, un marchand parsi originaire de Bombay, le déshonneur devrait s’ajouter à la ruine : il a hypothéqué tous ses biens et emprunté au-delà du raisonnable pour acheter une énorme quantité d’opium. Et quel sort attend son secrétaire particulier, Neel, un raja déchu après avoir été accusé à tort de faux en écriture ? Ou bien Robin, un peintre homosexuel qui croit avoir trouvé l’amour à Canton ? Paulette, une jeune orpheline française née en Inde, et son employeur, un célèbre botaniste anglais, vont-ils devoir renoncer à découvrir la plante inconnue dont ils possèdent une rare peinture ? C’est la révolution dans Fanqui Town. Les équilibres savamment entretenus volent en éclats. L’arrogance, la cupidité et le racisme enflamment la situation. La réponse des forces chinoises est radicale : une exécution en place publique, et l’armée partout dans la ville. Les tonnes d’opium sont saisies. Réduites en une boue noire, malodorante, elles sont déversées dans le fleuve. La Grande-Bretagne crie au scandale, les rumeurs sur une guerre prochaine se propagent.

 

Biographie de l'auteur

 

Salué par le Prix Nobel J. M. Coetze, Amitav Ghosh est l'un des plus célèbres auteurs indiens contemporains. Né en 1956 à Calcutta, il a passé son enfance au Bangladesh, en Iran, en Inde et au Sri Lanka. Après avoir enseigné à Delhi et aux États-Unis, il se partage désormais entre Calcutta, Goa et Brooklyn. Célébrés dans le monde entier, couronnés de prestigieux prix littéraires, ses romans soulèvent l'enthousiasme des lecteurs. Les Feux du Bengale (Le Seuil, 1990) a reçu le prix Médicis étranger. Il a depuis publié Le Pays des marées, Un océan de pavots et Un fleuve de fumée."

 

Le comité de lecture

Les maîtres des Upanishads

Ysé Tardan-Masquelier

 

 

Extrait du commentaire tiré du site d'Amazon :

 

"Présentation de l'éditeur :

 

 

Composées entre 800 et 200 avant notre ère sur les bords du Gange, les Upanishads mettent le divin à l'intérieur de l'homme, rompant avec la tradition brahmanique védique où les dieux et la nature constituaient un ordre extérieur qui l'attirait et le contenait. L'exploration de ce monde intérieur va donner naissance au yoga dont le but est précisément, par un travail sur le souffle qui habite et évide le corps, de trouver une assise spirituelle. Par ce basculement, les maîtres des Upanishads vont aussi penser la souffrance, la conscience, le désir, le Soi, le corps, donnant une dimension mystique à cette sagesse naissante qui réveille de profonds échos aujourd'hui.

 

Biographie de l'auteur

Ysé Tardan-Masquelier, spécialiste de l'Inde, a notamment publié Un milliard d'hindous (Albin Michel, 2007) et Ramana Maharshi, le Libéré-vivant (Seuil, "Points Sagesses", 2010)."

 

Le comité de lecture

 

 

Aux confins oubliés de l'Inde - conceil de lecture 2016

Aux confins oubliés de l'Inde

Olga & Arnaud de TURCKHEIM

 

 

Extrait du commentaire tiré du site d'Amazon :

 

"Extrait de l'introduction

Dès le premier voyage au début des années 1980, l'Inde s'est imposée à moi comme une personne, une femme, une mère qui m'a inspiré beaucoup de monologues intérieurs. Quelle solitude au premier contact avec cette civilisation ! Et pourtant je ne me sentais pas vraiment perdue dans cette immensité sans limites tangibles. À peine franchi le seuil de la peur de l'inconnu, l'Inde, sublime d'indifférence, a révélé mes manques et mes aspirations.
L'exploration quotidienne de ces différences a donné du relief à ma vie. Le vécu est plus intense en Inde, même quand on ne fait rien. Au pays des moussons et des grandes sécheresses, la plus infime découverte est une aventure et le moindre grain de poussière est vivant. La misère cohabite avec les splendeurs, la fascination et la répulsion composent l'alchimie de ce pays. Celui qui s'en détourne ne cesse d'y penser comme à un amour impossible.

L industrialisation et le matérialisme à outrance chamboulent la civilisation indienne pluriethnique et multiculturelle. Dans les villes, les traces d'un passé légendaire, patinées par le temps, sont détruites au profit de l'urbanisation massive, qui répond aux exigences de la démographie galopante. La lèpre bétonnière guette les villages reculés, les bouleversements climatiques et la construction de barrages redessinent la cartographie des grands fleuves du Nord. Pourtant l'Inde rurale, souvent tribale, s'accroche à ses traditions millénaires.
Si on connaît en Occident le thé de l'Assam, peu de voyageurs situent sur une carte l'Arunachal Pradesh, le Nagaland, le Meghalaya, le Manipur, le Mizoram et le Tripura.
Le sobriquet des "Sept Soeurs" unifie sous un seul nom ces États excentrés, reliés au Bengale indien par le corridor de Siliguri dont la largeur n'excède pas trente-sept kilomètres, et qui représentent à peine plus de 7 % de la superficie de l'Inde.
Avec plus de trente et un millions d'habitants - la moitié de la population française -, l'Assam est l'État le plus peuplé du Nord-Est. Il ne représente pourtant pas 3 % de la population indienne. Cette région blottie sur les contreforts de l'Himalaya doit sa prospérité à la fertilité des terres alluvionnaires du fleuve nommé le Brahmapoutre et de sa kyrielle d'affluents. Les revendications territoriales des grands voisins chinois et birman n'ont cessé d'attiser les rivalités ancestrales des tribus aborigènes qui peuplent cette enclave cernée par le Bhoutan, le Tibet, le Bangladesh et la Birmanie. Les tribus, qui vécurent longtemps en autarcie, intègrent peu à peu les codes de la modernité, tout en restant farouchement attachées à leurs traditions millénaires. Les États de ce "Far East" indien ont été fermés aux étrangers pendant plus de quarante ans. Aujourd'hui les frontières s'entrouvrent, mais les guides de voyage n'ont pas encore eu le temps d'étoffer leurs pages sur la région des "Sept Soeurs". C'est cette quasi-virginité touristique qui nous a donné envie de tenter l'aventure.

 

Un mot de l'auteur

Fascinés par l'Inde depuis plus de trente ans, nous l'explorons sans jamais trop chercher à savoir où elle veut nous emmener.
En nous aventurant sur les pistes des confins oubliés de l'Inde, entre les paysages grandioses des contreforts himalayens et les plaines brumeuses de la vallée du Brahmapoutre, nous avons vécu les rencontres avec d'autant plus d'intensité que nous percevions la vulnérabilité de chacun, y compris la nôtre...
La multitude affiche ses diversités ethniques et culturelles dans les vallées reculées, sur les plateaux pelés battus par les tempêtes, sur les îles marécageuses d'un des plus grands fleuves d'Asie et dans les réserves d'animaux où les tigres, les rhinocéros et les éléphants sauvages cohabitent avec les tribus aborigènes qui apprennent à se respecter après des siècles de guerres fratricides.
L'aquarelle d'Arnaud choisie pour la couverture du livre illustre une des émotions fortes du périple. Le peuple de la jungle arrime les huttes sur pilotis à la montagne avec des lianes pour qu'elles ne chavirent pas dans le ravin au premier glissement de terrain.
La suite au fil des pages de ce nouvel ouvrage à quatre mains...

Olga de Turckheim"

 

Le comité de lecture

Pondichéry 1674 - 1761

L’échec d'un rêve d'empire

 

 

Extrait du commentaire tiré du site d'Amazon :

 

"Sous le règne de Louis XIV, quand les Français, longtemps après les puissances maritimes européennes, décident d'implanter en Inde quelques "loges" commerciales, une grande partie de la péninsule au sud de l'Himalya constitue un vaste empire soumis à la dynastie timouride des Mogols. Sous leur règne, l'Inde se couvre d'admirables palais. Littérature, danse, musique, art de la miniature atteignent leur apogée. C'est l'époque de la plus grande extension de l'empire mogol, et sans doute le début de son déclin. Les Français sont les premiers à s'apercevoir de cette mutation et à en tirer parti. Ou tout au moins les Français de Pondichéry, comme le gouverneur Dupleix et son second Bussy qui inventent la politique du "protectorat", imitée par les Anglais avec la fortune que l'on sait, mais incomprise et non soutenue par le gouvernement français. À Paris, on sera même choqué de voir Pondichéry devenir une sorte de capitale de l'Inde du Sud, avec tout le déploiement de faste et de magnificence que cette situation implique à l'époque. Le gouvernement de Louis XV a ses raisons, car la France est une puissance terrienne, mais il n'a rien compris aux formidables potentialités de l'Inde. Un siècle de plus a été nécessaire pour qu'un gouvernement français songe à une vraie politique coloniale. À cause de la grandeur de ce rêve avorté, des personnalités exceptionnelles qui lui ont donné forme, du sort tragique de cette capitale incendiée et ravagée par les Anglais en 1761, du climat de tolérance qu'elle a su établir et de sa longue fidélité, Pondichéry est riche de nostalgie et d'enseignements politiques. "

 

Le comité de lecture

N'hésitez pas non plus à visiter nos conseils antérieurs des années 2015, 2014, 2013, 2012 et 2011 en cliquant sur l'année de consultation souhaitée.