Ne sachant pas que c'était impossible, il le fit.

Suresh en classe 10

Cliquez ici

Notre filleule grandit

Pavithra


Toujours radieuse


Gokul le malicieux

Gokul, notre troisième filleul

 

Troisième

 

rencontre


Un témoignage qui nous avait ému ...

Voici Suraj trois ans

plus tard...

Retrouvez les reportages sur les enfants des rues en cliquant ici.

Douleur permanente

Il a décidé de nous quitter un jour de janvier 2014...

Anniversaire :

7 janvier 2014, Jayakumar décidait de nous quitter...

3 ans déjà...

Translate this page in your language

L'appel

Promenade nocture à Pondichéry
Promenade nocturne à Pondichéry

Le sable d'un désert aride grippait les rouages de nos projets sri-lankais depuis 3 ans. La guerre battait son plein et vidait nos possibilités.

 

Pourtant un samedi soir de juin 2007, pour on ne sait quelle raison obscure qui saupoudre parfois votre marche, notre Président s'est installé rapidement devant la télévision et a commençé à défiler les chaînes pour arrêter brutalement sur Arte.

 

Un reportage sur les enfants des rues en Inde débutait.

 

Le syndicat de l'espoir

Réalisateur Mariko Kanamoto
Terres d'ailleurs – Japon, 2006, 49mn

En Inde, des enfants des rues ont créé leur propre syndicat, afin d'améliorer leurs conditions de vie et leur accès à l'éducation. Bal Mazdoor compte 500 membres âgés de 6 à 18 ans.

Source : http://www.arte.tv/

 

Quarante-neuf minutes plus tard, l'appel était trop fort. Pourtant l'Inde nous faisait peur par sa taille, sa diversité, son ampleur. Nous avions jusque là eu l'impression de pouvoir tenir le Sri Lanka entre les mains, rassurés par sa dimension plus modeste.

 

Mais maintenant, nous ne pouvions plus attendre. La vie est mortelle et ne donne à personne la possibilité de perdre son temps. Et puisque demain nous mourrons, il y avait urgence.

 

Et puis tout le travail entrepris avec les Tamouls n'était pas vain puisque le sous-continent indien compte plus de 70 millions de locuteurs tamouls.

 

Le champ d'investigation était donc vaste  et les possibilités énormes.

 

Notre décision était prise : nous partirons.

 

Et en février 2008, nous y sommes partis...