Ne sachant pas que c'était impossible, il le fit.

Suresh en classe 10

Cliquez ici

Notre filleule grandit

Pavithra


Toujours radieuse


Gokul le malicieux

Gokul, notre troisième filleul

 

Troisième

 

rencontre


Un témoignage qui nous avait ému ...

Voici Suraj trois ans

plus tard...

Retrouvez les reportages sur les enfants des rues en cliquant ici.

Douleur permanente

Il a décidé de nous quitter un jour de janvier 2014...

Anniversaire :

7 janvier 2014, Jayakumar décidait de nous quitter...

3 ans déjà...

Translate this page in your language

Il est né le divin enfant...

De notre première visite in situ en février 2008, notre démarche  s'est progressivement transformée en un investissement personnel.

Puisque la promesse de revenir avait été tenue et notre volonté d'avancer muée en un véritable engagement, nous sommes repartis en janvier 2009.

Nouveau né de 5 jours déposé à l'orphelinat indien

Entre-temps plusieurs amis français avaient manifesté leur intérêt dans cette démarche et avaient décidé de nous accompagner dans la création d'une structure officielle.

 

 

Ce fut ainsi que le 15 juin 2009, nous fêtions la naissance de notre association, enregistrée en sous-préfecture du Raincy sous le numéro W932002740.

 

Dès lors, nous n'avons pas cessé d'avancer tant en France que sur place. Des séjours réguliers d'un mois chacun ont été organisés en été 2009, janvier et septembre 2010, pour finir cette année à cheval entre décembre 2010 et janvier 2011.

 

Même si nous avons perdu la trace d'Abdoul depuis plus d'un an, la promesse que nous lui avions faite avait été respectée.

Et notre espoir de le retrouver un jour prochain reste vivace.

 

Et puis, nombreux sont les autres enfants qui nous illuminent de leur joie de vivre et à qui nous avons dit une fois encore : 'je reviendrai'.

 

C'est pourquoi notre livre s'écrira maintenant au présent avec le plaisir de pouvoir peut-être un jour inscrire vos envies dans le défilé de nos pages.

 

La joie est là, au pas de notre porte sans même que nous nous en rendions compte. Suffirait-il que nous prenions un instant le temps de l'écouter souffler à nos oreilles, rire à nos coeurs, et briller au travers de tous ces yeux d'enfants...

 

Enfin vous voilà ! Nous vous attendions depuis si longtemps...

 

Mai 2011