Ne sachant pas que c'était impossible, il le fit.

Tout va mieux !

Notre filleul a retrouvé la paix après les terribles moussons de l'année passée

Cliquez ici


Notre filleule grandit

Pavithra


Toujours radieuse


Gokul le malicieux

Gokul, notre troisième filleul

 

Troisième

 

rencontre


Un témoignage qui nous avait ému ...

Voici Suraj trois ans

plus tard...

Retrouvez les reportages sur les enfants des rues en cliquant ici.

Expo photos 2016

Les demoiselles de TAM.B.I.

Douleur permanente

Il a décidé de nous quitter un jour de janvier 2014...

Anniversaire :

7 janvier 2014, Jayakumar décidait de nous quitter...

3 ans déjà...

Météo de TAM.B.I.

Prévisions météorologiques
Chennai
Météo à Chennai

Translate this page in your language

Thambi Illam

Aruldass, éducateur, lors de l'anniversaire de la constitution indienne - janv. 2009

Alors que nous étions en Inde depuis deux ans et que nous tentions, en vain, de créer des liens structurels et efficaces avec le premier orphelinat découvert à notre arrivée en février 2008, nous n'avons eu aucun autres choix que de nous investir à la création d'une maison d'accueil pour enfants déshérités (Cf. archives de nos actions).

 

Et c'est parce que nous avions rencontré en 2008 un homme percévérant - qui a su et pu donner sa confiance aux enfants dont il avait la charge - que notre engagement a pu se concrétiser par l'ouverture en janvier 2010 d'une nouvelle maison pour les enfants.

 

Nous démarrames en urgence un dimanche soir (10 janvier 2010) dans une trentaine de mètres carrés avec une petite dizaine d'enfants.

 

La semaine suivante, nous en avions recueilli 23.

 

A cette époque, nous n'avions que des murs. Nous avons alors tout acheté de la simple cuillère aux assiettes en passant par les ustensiles de cuisine, l'alimentaire, le sanitaire, l'éclairage, le bien-être, le couchage, les ventilateurs. Tout.

 

La machine était lancée presque malgré nous dans le déploiement de son calendrier et les engrenages grippés du départ purent se roder dans les mois qui suivirent.

 

Mais nos angoisses furent fortes. Notamment nos inquiétudes sur notre capacité à financer intégralement le fonctionnement de ce nouveau centre.

 

Et pourtant, nous avons pu continuer à donner sens aux valeurs de nos engagements pris.

 

Thambi Illam a survécu, a crû, a déménagé, a investi.

 

Tout cela parce qu'un jour de février 2008, quelques jours avant notre retour en France après trois semaines passées sur place, nous avons promis à un garçon de 13 ans, Abdul, que nous renviendrions quelques mois plus tard...

 

Mai 2012

Groupe d'enfants récupérant des feuilles de palmiers déséchées pour le feu de la cuisine - janvier 2009
L'éducateur, Aruldass, quelques heures à peine après son arrivée dans le premier orphelinat avec qui nous érions en contact - août 2008