Ne sachant pas que c'était impossible, il le fit.

Tout va mieux !

Notre filleul a retrouvé la paix après les terribles moussons de l'année passée

Cliquez ici


Notre filleule grandit

Pavithra


Toujours radieuse


Gokul le malicieux

Gokul, notre troisième filleul

 

Troisième

 

rencontre


Un témoignage qui nous avait ému ...

Voici Suraj trois ans

plus tard...

Retrouvez les reportages sur les enfants des rues en cliquant ici.

Expo photos 2016

Les demoiselles de TAM.B.I.

Douleur permanente

Il a décidé de nous quitter un jour de janvier 2014...

Anniversaire :

7 janvier 2014, Jayakumar décidait de nous quitter...

3 ans déjà...

Météo de TAM.B.I.

Prévisions météorologiques
Chennai
Météo à Chennai

Translate this page in your language

 

Bilal

Mise à jour du 5 août 2012

Bilal est le seul adolescent que nous avons pu suivre depuis 2008. Et que nous avons en plus retrouvé en septembre 2011 après plus d'une année d'absence.

Bilal dans son échoppe de fruit présentant son oncle et mentor sur le marché

Agé de 13 ans en 2008, Bilal vendait les fruits dans le commerce de son oncle, pointé du doigt sur la photo ci-dessus.

Comme tous les autres enfants, il n'était pas question de journées de repos et travaillait donc 7/7, de 8h à 23h au moins. Et puisqu'il vendait pour sa famille, il était bien évidemment logé et nourri, parfois soigné, mais jamais payé. Comme tous les autres enfants d'ailleurs évoqués dans ce chapitre des "enfants au travail".

Bilal et Kartik déjeunant
Très rare moment de détente pour Bilal : repas offert par TAMBI (2009). Kartik à droite

Bilal sait lire, écrire et compter. Il a suivi une scolarité jusqu'en cinquième environ. Puis il a quitté l'école pour des raisons que nous avons pas pu éclaircir et a enfin rejoint son oncle à Tambaram.

 

Il a travaillé sur ce marché de 2008 jusqu'au début 2010.

 

Rires de Bilal

Puis une confrontation plus importante avec son oncle qui ne cessait de le pousser à travailler encore et encore, rompit définitivement leur lien. Bilal partit et retourna dans un premier temps dans son village près de Maduraï, à 700 Km de là.

Bilal grandit, son échoppe aussi

Pourtant, nous avions toujours l'occasion de voir son père venir sur la marché même si Bilal restait absent dès notre séjour de l'été 2010.

 

Par contre, si l'adolecent avait des relations maintenant tendues avec son oncle, il ne cessa pas de nous donner des nouvelles de temps à autre.

 

En effet, même entre deux séjours, alors occupé en France, le Président de TAM.B.I. recevait toujours d'étranges appels, parfois très tôt le matin. Une simple sonnerie téléphonique, souvent doublé, triplé, quadruplé montrant un numéro indien en appel.

 

Bilal faisait tout simplement signe et aimait que nous le rappelions dans la foulée. Pour un petit bonjour, un coucou lointain signifiant qu'il était toujours là et qu'il prenait toute la dimension de notre relation ainsi créée depuis des années.

Retrouvailles entre Bilal et Olivier MARTEAU
Les retrouvailles (sept. 2011)

Et puisque nous avions son numéro, nous avons pu le contacter lors de notre dernier séjour de septembre 2011.

 

Heureux, il a tout simplement décrêté qu'il prendrait une journée sans solde pour venir nous voir à Tambaram. Deux heures et demi de bus plus tard, nous le revimes et déjeunâmes ensemble.

 

Il vend du riz depuis plusieurs mois dans un magasin à 150 Km de son premier emploi. Son père l'a rejoint et ils vivent ensemble. Car, le salaire seul de Bilal ne peut suffire à son existence : il perçoit 2000 roupies/mois (une trentaine d'Euros).

 

Puis il est reparti. Mais nous avons ses coordonnées et nous nous retrouverons alors.

 

Le 8 janvier prochain, Bilal aura 18 ans.

 

Les années passent...

Dernière minute du 7 janvier 2012 :

Bilal est venu jusqu'à Tambaram. Nous avons pu ainsi lui montrer toutes les photos que nous avions faites depuis 4 ans, à sa grande surprise et surtout sa grande joie.

Nous avons ensuite fêté dignement son anniversaire et avons partagé un repas avant de se séparer.

Mais maintenant muni d'un téléphone à double carte SIM, il est bien évident que nous nous retrouverons à notre prochaine visite.
Si Bilal, d'ici là ne donne pas un petit signe de vie alors que nous serons de retour en France...

Dernière minute du 5 août 2012 :

 

 

Bilal est revenu sur le marché de Tambaram.

 

 

Réconcilié avec son oncle, il a repris son travail sur le stand des fruits.

 

 


Une véritable aubaine pour nous de continuer à le suivre dans les premiers pas de sa vie d'adulte puisqu'il a eu ses 18 ans en janvier dernier...

Bilal has come back in his oncle's fruit shop - Aug. 2012