Ne sachant pas que c'était impossible, il le fit.

Suresh en classe 10

Cliquez ici

Notre filleule grandit

Pavithra


Toujours radieuse


Gokul le malicieux

Gokul, notre troisième filleul

 

Troisième

 

rencontre


Un témoignage qui nous avait ému ...

Voici Suraj trois ans

plus tard...

Retrouvez les reportages sur les enfants des rues en cliquant ici.

Douleur permanente

Il a décidé de nous quitter un jour de janvier 2014...

Anniversaire :

7 janvier 2014, Jayakumar décidait de nous quitter...

3 ans déjà...

Translate this page in your language

Déroulement du parrainage

Prémkumar, un ancien de TAMBI chez lui, avec sa mère - Tambi 2012

Préambule à toute démarche, une ou plusieurs personnes, après mûres réfléxions, décident de devenir parrains, individuellement ou groupés.

Alors, une fois l'engagement pris, Asha Nivas, la structure porteuse, est informée de la décision du(des) parrain(s) et commence les recherches du(de la) futur(e) filleul(le).

 

Leur proposition sera tour d'abord reliée au souhait du(des) parrain(s) sur le sexe de l'enfant qu'il(s) désirera(ont) suivre.

 

Puis une fiche sociale lui(leur) est présentée, rappelant les caractéristiques principales de la famille et de l'enfant (nom, scolarité, fratrie, religion, situation des parents, professions, ressources, suivi social).

Mangay, venue visiter Thambi Illam en août 2011, entourée des bras de Nandini.

Commence alors la grande aventure du parrainage. Car il ne s'agit en rien que d'un simple financement. Un lien particulier se créé entre la famille, l'enfant et son(ses) parrain(s).

Les contacts peuvent prendre plusieurs formes.

Minimales tout d'abord. Asha Nivas recueille deux à trois fois par an un écrit et/ou un dessin de l'enfant qu'il traduit en anglais et adresse en France. Une réponse du(des) parrain(s) est bien évidemment la bienvenue dans ce cas qui permet ainsi de consolider un lien.

 

Mais, au-delà de cet échange minimaliste, il est surtout possible de rencontrer directement l'enfant et sa famille sur place, grâce à la médiation des travailleurs sociaux d'Asha Nivas. Pour la plupart bilingue anglais/tamoul, ils servent alors de traducteurs.

 

Ces occasions privilégiées permettent ainsi de suivre concrètement les sommes allouées au parrainage, de se faire connaître et reconnaître par la famille et l'enfant comme un lien solide d'une chaîne humaine traversant les frontières et les nations. L'enfant n'est plus alors qu'une simple photographie sur un rapport social, mais un(e) vrai(e) filleul(le) que l'on aime rencontrer, avec qui l'échange est possible. Et pourquoi ne pas lui fêter son anniversaire ? Un résultat scolaire particulier ? Participer avec lui à une fête hindoue ? Musulmane ? Chrétienne ?...

 

Tant d'occasions pouvant être l'objet d'un échange sont possibles...

 

Cela ne vous tente-t-il pas ?...

Comment parrainer ? Cliquez ici.

Flavie, venue en août 2011 à Thambi Illam, devenue rapidement la référente des filles de la maison d'accueil.