Ne sachant pas que c'était impossible, il le fit.

Suresh en classe 10

Cliquez ici

Notre filleule grandit

Pavithra


Toujours radieuse


Gokul le malicieux

Gokul, notre troisième filleul

 

Troisième

 

rencontre


Un témoignage qui nous avait ému ...

Voici Suraj trois ans

plus tard...

Retrouvez les reportages sur les enfants des rues en cliquant ici.

Douleur permanente

Il a décidé de nous quitter un jour de janvier 2014...

Anniversaire :

7 janvier 2014, Jayakumar décidait de nous quitter...

3 ans déjà...

Translate this page in your language

Ça va mieux

Août 2016 - Suresh change ; il grandit. En classe IX, équivalent 4ème en France

Un retour, un détour, des visites... Et nous voilà chez Suresh, toujours à la même place, revenu avec sa famille dans son ancien logement qu'il avait quitté en urgence en décembre dernier (pour se rappeler, cliquez ici).

 

Tandis que nos protégés grandissent, nous vieillissons avec ce même sentiment de poursuivre nos actions commencée en 1994...

 

Suresh et sa famille vont beaucoup mieux. Une petite télévision est revenue, un réfrigérateur trône à nouveau. Une armoire est pleine de vêtements. Même des poissons dans leur grand bocal vous accueillent, comme avant.

Août 2016 - Suresh et sa famille

Nos trois années de fidélités ont permis de transformer notre relation première de parrain - filleul en amis de la famille.

 

Nous pouvons alors nous permettre d'aborder des sujets plus délicats touchant principalement le quotidien de leur vie.

Août 2016 - Soeur de Suresh - 1ère année d'université

Ainsi le père de famille s'inquiète-t-il déjà des frais de scolarité pour les trois prochaines années de son fils. 10000 roupies par an (soit moins de 150 € environ) serait-il vraiment un problème pour notre niveau de vie ? 10 € par mois serait-ce la mer à boire ? Pour cela, notre réponse fut immédiate : ce n'est pas un problème, le moment venu nous serons présents. Seule condition : que Suresh travaille bien à l'école. Nous y veillerons.

 

Mais le quotidien, c'est aussi les besoins basiques : l'eau, la nourriture, l'hygiène, les soins...Comment pourrions-nous continuer à vivre si nos amis n'ont pas à manger tous les jours ?

 

Suresh a maintenant notre numéro de téléphone. Il a pour consigne de nous appeler dès que son estomac et celui de sa famille n'auront pas été remplis d'une journée.

 

Plus que des mots, des paroles... Nous avons construits nos actions indiennes sur des actes validant nos propos (rappelez-vous en 2008).

 

A bientôt Suresh au téléphone, nous t’appellerons comme nous le faisons pour chacun de nos amis indiens...

 

Septembre 2016