Notre première filleule

- - -     A. Pavithra     - - -


Février 2020 - Pavithra et sa famille devant chez elle

Février 2020

 

 

Comme à presque chacun de nos voyages, nous sommes partis rendre visite à notre chère Pavithra et sa famille.

 

Notre filleul poursuit ses études en classe X, équivalent de la troisième en France.

 

La famille reste radieuse malgré les difficultés quotidiennes de survie à la misère.


2019

Nous n'avons pas pu rencontrer Pavithra et sa famille cette année.

En effet, les Soeurs d'Asha Nivas nous ont signalé qu'il n'était pas bon d'aller dans le bidonville où vit Pavithra. Notre présence aurait pu causer du tort à la famille car, même accompagnés par une Soeur d'Asha Nivas et de leur représentante sur place, la jalousie de soutenir une famille plutôt qu'une autre peut être source de rackets, d'intimidation, de violences aussi.

Regrets


Un petit coucou

Septembre 2018

Septembre 2018 - Un petit coucou à Pavithra


Notre belle filleul

Janvier 2018

Notre jolie filleule chez elle qui nous attendait avec impatience. Janv 2018

Voilà plus d'un an, nous n'avions pas eu l'occasion de revoir notre filleule, Pavithra.
Notre dernier rendez-vous s'était soldé par un échec ayant due partir brutalement dans son village pour un enterrement.

 

Nous avons donc retrouvé notre jolie filleule, finement maquillée pour notre venue.

 

Elle est maintenant en classe 8, l’équivalent de 4ème pour nos français.

 

Elle aura 14 ans le 10 février prochain.

 

Elle vit toujours au même endroit, dans cette toute petite maison.

Mais les progrès modernes de communication ont atteint aussi les bidonvilles.

 

Les téléphones tactiles se démocratisent vraiment et les connections internet deviennent monnaie courante.

 

Merci donc à Whatspp, IMO et autres applications qui vont nous permettre d'échanger bien plus fréquemment, images, son et vidéo.

 

A bientôt donc ma chère Pavithra.

Janvier 2018

 

Pavithra et sa mère, chez elles - Janv 2018

Un rendez-vous manqué

Septembre 2017

Tout était prêt pour que nous rencontrions notre filleul en septembre 2017.

 

Les soeurs d'Asha Nivas nous avaient demandé toutefois d'éviter de se rendre chez elle car nos visites, bien que rares et discrètes, génèrent toujours des difficultés grandissantes tant pour la famille que pour les travailleurs sociaux.

 

En effet, voir un seul touriste qualifié de "blanc" par les populations locales se rendant chez une famille bien précise au milieu d'un bidonville de misère engendre des discussions parfois houleuses avec les travailleurs de rue les jours, voire les semaines suivantes. Les voisins reprochent bien souvent de ne pas avoir été choisis à la place de notre filleule...

 

Alors, la décision était prise de nous rencontrer directement dans les locaux d'Asha Nivas.

 

Mais un impondérable est survenu : la grand-mère de Pavithra venait de décéder, obligeant toute la famille à repartir au village pour les funérailles.

 

Notre rencontre est donc reportée à notre prochain voyage.


La misère perdure

Août 2016

Août 2016 - Pavithra

Tout joyeux, Pavithra et sa famille nous accueillirent dans leur hutte.

 

Comme à leur habitude, Sister Amala d'Asha Nivas et une des travailleuses de rue du bidonville nous accompagnèrent pour cette rencontre.

 

Une fleur artificielle, un jus de fruit et de nombreux sourires ponctuèrent notre présence.

 

Après les terribles semaines de novembre et décembre de l'année passée, la routine a repris le dessus. Chaque jour est un combat pour gagner suffisamment et payer de quoi se nourrir en soirée.

Août 2016 - Pavithra et sa famille

Pavithra présente un intérêt particulier pour l'école et s'attache à travailler avec rigueur pour obtenir les meilleurs résultats possibles.

 

Durant notre prochain voyage, nous tenterons d'obtenir copie de son bulletin scolaire afin d'encourager ses efforts.


Touchés par la mousson

Janvier 2016

Janvier 2016 - Pavithra

Comme la plupart des habitants de Chennai, pauvres ou riches, les moussons n'ont épargné personne.

 

Ainsi, en fut-il de Pavithra et sa famille qui virent leur hutte envahie par les eaux.

 

Au contraire de Suresh qui avait dû fuir les lieux pendant plus de 2 semaines, Pavithra et ses parents ont pu rester chez eux.

 

Néanmoins l'eau stagnante à plus de 50 cm de hauteur les empêchèrent de dormir pendant plusieurs jours.

Il restèrent plusieurs nuits sur des chaises, tentant tant bien que mal de se reposer.

 

Bien évidemment, pas de cuisine, pas d'école, pas de déplacement, pas de ré-approvisionnement possibles. Rien.

Janvier 2016 - Pavithra et ses parents

Nous décidâmes donc de soutenir notre filleul par un don inhabituel afin de les aider à se réhabiliter.


De retour chez Pavithra

Décembre 2014

Toujours accompagné de Soeur Amala d'Asha Nivas, nous sommes revenus voir notre filleule chez elle.

Plus détendue que lors de notre première visite, moins timide, nous avons eu le plaisir d'échanger sur ses progrès scolaires, ses maigres loisirs, les films et acteurs Tamouls qu'elle préférait...

 

Nous sommes restés près de 45 mn à parler ainsi, soutenu parfois par Soeur Amala qui nous aidait à nous comprendre.

 

Car Pavithra habite dans un quartier où la langue tamoule est souvent différente de celle parlée en ville. Une sorte d'argot qui fait bien souvent rire les citadins traditionnels.

 

Comme toujours, nous nous sommes donnés rendez-vous pour une troisième visite dans le second semestre 2015.

 

Par contre, cette fois-ci il nous a pas été possible de prendre des photos extérieures comme la dernière fois car la vue d'un étranger dans un bidonville portant intérêt à une famille particulière créée souvent des jalousies locales qui pourraient nuire à notre filleule.

 

C'est pourquoi nous regrettons de n'avoir pas pu intégrer à ce rapide compte-rendu de nouvelles images.

Nous avons décidé avec Soeur Amala de faire venir Pavithra et ses parents dans les structures d'Asha Nivas la prochaine fois afin d'être plus libres.


Notre première rencontre

Février 2014

Pavithra, notre première filleule, et sa mère - Fév. 2014

 

 

 

Compte-rendu de rencontre de notre filleule A. PAVITHRA
12 février 2014

 

 

Accompagnés de Soeur Amala, d'Asha Nivas, en charge du suivi des enfants parrainés, et d'une des travailleuses sociales du quartier où habite notre nouvelle filleule, nous nous sommes rendus un jour de février 2014 chez Pavithra.

 

Cette jeune fille habite dans un quartier très défavorisé où s'entassent des huttes de pailles. Elle demeure dans l'une d'entre elles avec ses parents. Un lit deux places ne peut même pas y entrer tellement l'endroit est restreint.

Pavithra et sa mère en compagnie de leur parrain - Fév. 2014

Pourtant, Pavithra est une jeune fille au sourire charmant qui rêve de devenir médecin.

 

Nous aurons bien évidemment l'occasion de revenir dans les mois à venir afin de conforter les liens naissant avec Pavithra et sa famille.

 

En attendant, nous souhaitons à notre nouvelle filleule une bonne réussite scolaire pour les mois à venir.


Présentation de Pavithra

2014

Notre association a le plaisir de vous présenter sa seconde filleule, tout juste parrainée.

 

Elle s'appelle Pavithra et a 9 ans (2014).

 

En attendant de la rencontrer chez elle dans le courant du mois de février 2014, nous vous proposons la fiche descriptive de sa situation éditée par l'O.N.G. ASHA NIVAS, support de cette action.