Ne sachant pas que c'était impossible, il le fit.

Suresh en classe 10

Cliquez ici

Notre filleule grandit

Pavithra


Toujours radieuse


Gokul le malicieux

Gokul, notre troisième filleul

 

Troisième

 

rencontre


Un témoignage qui nous avait ému ...

Voici Suraj trois ans

plus tard...

Retrouvez les reportages sur les enfants des rues en cliquant ici.

Douleur permanente

Il a décidé de nous quitter un jour de janvier 2014...

Anniversaire :

7 janvier 2014, Jayakumar décidait de nous quitter...

3 ans déjà...

Translate this page in your language

Thambi illam

- - -     2 0 1 4     - - -

Une  lumière s'en  est allée...

Dernière photo de notre cher Jayakumar, prise en octobre 2013

Notre photographe nous a quittés. Jaykumar avait eu 15 ans en novembre dernier et nous le suivions depuis notre toute première venue en février 2008. Joueur et malicieux, ce garçon rayonnait de joie de vivre. Jusqu'à son adolescence, qui en plus de vouloir le transformer en jeune homme, ouvrit son regard sur le sexe opposé. Jusque là rien d'anormal pour un français. Mais en Inde, ces relations entre filles et garçons posent tellement de problèmes que les indiens passent parfois plus de temps à combattre ces flirts que d'essayer soit de les comprendre, soit de les accompagner. Tout le monde s'en mêle.

 

Alors Jayakumar, depuis quelques mois s'isolait de plus en plus, déclarant sa flamme à sa jeune amourette par des litanies secrètes de « je t'aime » parfois écrites sur des pages entières.

 

Et puis, vendredi dernier, il a du rentrer précipitamment chez lui pour des raisons médicales. Éloigné de sa dulcinée, il ne résista pas à la tentation de l'appeler du portable de ses parents. Sa mère puis son père s'en aperçurent. Remontrance, interdiction de renouveler ces faits sinon la porte.

 

Jayakumar opta pour une autre solution plus radicale. L'avait-il déjà préparée ? Préméditée ? Toujours est-il qu'il profita du départ de sa mère pour le petit magasin du village pour assouvir sa souffrance et son incapacité à rester parmi nous. Il choisit un point d'accroche au plafond et s'y suspendit.

 

Nous étions le mardi 7 janvier 2014, il était 14h15.

 

Nous nous rendîmes le lendemain auprès du corps pour suivre les cérémonies de la crémation.

 

Il n'existe maintenant plus rien pour se rappeler de ce jeune garçon à part les milliers de photos prises depuis 2008. Et tous ses sourires qui envahissent notre cœur ajoutés à ces rires qui remplissent encore nos oreilles.

Repose en paix mon cher Jayakumar. Tu nous manques déjà tant... Nous prierons pour toi et pour tous ceux qui restent et qui t'aimaient certainement insuffisamment puisque incapables de t'avoir permis de rester parmi nous.

NOUS T'AIMIONS ET T'AIMERONS TOUJOURS