Ne sachant pas que c'était impossible, il le fit.

Suresh en classe 10

Cliquez ici

Notre filleule grandit

Pavithra


Toujours radieuse


Gokul le malicieux

Gokul, notre troisième filleul

 

Troisième

 

rencontre


Un témoignage qui nous avait ému ...

Voici Suraj trois ans

plus tard...

Retrouvez les reportages sur les enfants des rues en cliquant ici.

Douleur permanente

Il a décidé de nous quitter un jour de janvier 2014...

Anniversaire :

7 janvier 2014, Jayakumar décidait de nous quitter...

3 ans déjà...

Translate this page in your language

  Le quotidien des enfants

 

(hors période scolaire)

Les premiers rayons du soleil réveillent automatiquement l'orphelinat. Hormis l'éducateur qui s'accorde ses seuls moments de solitude de la journée en se levant dès 5 heures, les enfants s'agitent à peine 6 heures sonnées.

Et ça frotte, ça frotte...
Et ça frotte, ça frotte...

Ils commencent alors par se brosser les dents, action indispensable pour tout indien qui se respecte afin d'enlever les miasmes de la nuit et s'apprêter à entrer sereinement dans une nouvelle journée.

Vient ensuite le temps des douches, du lavage des vêtements, de la préparation collective du petit déjeuner, du dépoussiérage des locaux, de la prière, des études et quelque fois des jeux. Mais ces derniers sont assez rares le matin, les enfants étant bien trop occupés par ailleurs.

Petit déjeuner sortant de la traditionnelle assiette de riz
Petit déjeuner sortant de la traditionnelle assiette de riz

Le repos, la détente et les jeux se concentrent les après-midi. Et ce que ces enfants affectionnent parti-culièrement est de s'assoir devant leur petit écran de télévision et plonger dans leurs films préférés, glanés au fil des trois à quatre chaînes tamoules de référence.

 

D'autres préférent étudier, repriser, jouer, danser, ...

Enfin, quand un repas copieux charge les estomacs plus que de raison, que la chaleur est trop forte ou bien que les travaux du matin ont été particulièrement lourds, la petite communauté s'effondre alors, laissant simplement la place aux corbeaux qui de leur croassement incessant se moquent bien de ce moment ensomeillé.

Et la vie reprend son cours agitant les petits de nouveau.

 

Si les finances le permettent, un thé est confectionné pour tout le monde, accompagné de quelques biscuits secs reçus de dons précédents.

 

Les cahiers d'étude s'ouvrent enfin jusqu'au dîner. Puis une prière, un dernier repas avant que tout ce petit monde ne s'éfface jusqu'au lendemain tandis que les plus grands profitent encore quelques temps de la télévision.