Ne sachant pas que c'était impossible, il le fit.

Tout va mieux !

Notre filleul a retrouvé la paix après les terribles moussons de l'année passée

Cliquez ici


Notre filleule grandit

Pavithra


Toujours radieuse


Gokul le malicieux

Gokul, notre troisième filleul

 

Troisième

 

rencontre


Un témoignage qui nous avait ému ...

Voici Suraj trois ans

plus tard...

Retrouvez les reportages sur les enfants des rues en cliquant ici.

Expo photos 2016

Les demoiselles de TAM.B.I.

Douleur permanente

Il a décidé de nous quitter un jour de janvier 2014...

Anniversaire :

7 janvier 2014, Jayakumar décidait de nous quitter...

3 ans déjà...

Météo de TAM.B.I.

Prévisions météorologiques
Chennai
Météo à Chennai

Translate this page in your language

 Chez nos tambi

Au centre, entourant leur petite soeur que leur mère (extrême droite) préfère garder avec elle, se trouvent Vengadesh (gauche) et Dinesh (à droite). TAMBI suit ces garçons depuis février 2008...

L'année scolaire en Inde commence les premiers jours de juin pour se finir, au plus tard, fin avril. Ainsi, les enfants profitent-ils de près d'un mois et demi de congé estival correspondant à la saison chaude où les températures atteignent facilement les 45-50°C en pleine journée.

Une fratrie réunie, composée, depuis la gauche, de Thomas, leur mère, Rajesh et Christraj. TAMBI suit ces garçons depuis 2012.

Nous sommes donc partis à la rencontre de plusieurs de nos protégés, chez eux.

 

Comprendre les raisons pour lesquelles les familles sont capables de se séparer de leurs enfants le temps d'une année scolaire nous est devenu clair.

 

Il était facile d'imaginer que des maisons d'accueil telles que les nôtres puissent être des refuges de délestage où les parents se déchargeaient de leurs obligations familiales bien facilement.

 

Tel n'est pas le cas.

 

En fait, ces enfants s'ils devaient rester chez eux ne pourraient même pas prétendre à l'indispensable à savoir le clos, le couvert, l'hygiène, les soins... Sans parler de la scolarisation car il serait bien difficile d'étudier l'estomac vide.

Ils seraient certainement obligés d'aller travailler pour rassembler quelques roupies en fin de journée. Ou choisir la rue pour les plus rebelles.

 

Ainsi, nos actions prennent là tout leur sens.

 

TAM.B.I. n'est peut-être qu'une simple tutrice pour permettre à ces jeunes pousses de grandir à l'abri du besoin, mais nous sommes là :. Avec nos 60 pensionnaires présents en 2014 et investis auprès de nos deux filleuls (pour découvrir nos parrainages, cliquez ici).

 

Telle est certainement notre mission.

 

Certes, cela ne peut être qu'une goutte d'eau dans l'océan de l'humanité. Mais si elle venait à manquer, cela se verrait.

Christraj dans la pièce unique de vie de sa maison
Josep devant l'entrée de sa maison de 18 - 20 m2

Une fratrie chez eux. Depuis la gauche, Josep, Rajkumar et Arunkumar sont suivis par notre association depuis 2008...